Archives : Focus

Fri Art’81: une exposition explosive au centre ville de Fribourg

Fri Art'81 image

Mars 1979. Il y a 40 ans, une bande d’ami.e.s se réunit à Fribourg sous l’impulsion de Michel Ritter qui veut profiter du 500ème anniversaire de l’entrée de Fribourg dans la Confédération pour organiser une grande exposition d’art contemporain avec l’appui des autorités locales, le soutien du Canton et de l’Office fédérale de la Culture. Michel Ritter épaulé de Walter Tschopp, Christoph von Imhoff, Jacques Sidler, Paul Jacquat, Jean Pythoud, Hafis Bertschinger, Charles Descloux, Michel Gremaud et Geneviève Renevey se lancent dans cette aventure qui deviendra la première manifestation de Fri Art.

Le 15 juin 1980, une lettre rédigée par Michel Ritter et signée du Groupe de travail Art contemporain “Expression et Recherche” est adressée à Laurent Butty, Président du comité d’organisation du 500ème, précise leurs intentions : l’idée est “d’inviter des artistes venant de toute la Suisse qui, sur place, dans des locaux adéquats, créeront leurs œuvres en fonction de l’endroit et du volume à disposition ; en un mot, des environnements”.

Le groupe obtient le droit d’utiliser le bâtiment du Grand séminaire, un lieu laissé inoccupé au quartier d’Alt et voué à une destruction prochaine. Michel Ritter s’inspire de l’exposition Rooms organisée par Alanna Heiss en 1976 au MoMA PS1 dans le quartier du Bronx à New York, un nouveau lieu pour la création qu’il avait visité lors d’un de ses séjours dans la capitale américaine de l’art contemporain. Assisté de Walter Tschopp, il choisit 17 artistes en leur demandant d’inviter à leur tour un.e artiste. Fri Art’81 leur laisse la liberté d’aménager les espaces selon leur désir.

L’exposition a lieu du 21 août au 18 octobre 1981. L’ensemble du bâtiment est occupé : les chambres, la cave, les couloirs, la bibliothèque, le réfectoire, la façade. Les artistes créent sur place. Quelques œuvres se réfèrent directement au Séminaire. D’autres sont plus autonomes, explorent le langage des sens, les mythologies individuelles ou collectives. Ce dédale d’expérimentations accueille les œuvres qui mêlent les styles et les techniques en essayant d’interpeller les visiteur.euse·s.

L’exposition est un succès public qui attire entre 6’000 et 7’000 personnes. La chapelle désacralisée accueillait les nombreux événements qui venaient rythmer l’exposition : des spectacles, de la vidéo, de la performance, de la danse, du théâtre expérimental, des concerts punk. Au total, ce sont 31 manifestations qui ont permis à toute une génération de se rassembler et de poser les bases d’une culture alternative qui allait bourgeonner dans les années 1980 à Fribourg : le Belluard Festival, Fri-Son, la Spirale sont nés de ce moment. Friart devenait un label rassembleur pour un art contemporain suisse en même temps provocant et exigeant.

Texte en collaboration avec Eleonora Mariotta, publié dans le cadre de l’exposition Friart est né du vide. L’esprit d’une Kunsthalle, MAHF Museoscope, (27.08 – 17.10.2021)

ANNEXE